(Karachi) Un tribunal pakistanais a ordonné jeudi la libération de l’extrémiste pakistano-britannique condamné pour le meurtre du journaliste américain Daniel Pearl, kidnappé et décapité à Karachi en 2002.


Agence France-Presse

Cette décision de la Haute cour de la province du Sindh (sud) intervient plusieurs mois après que cette même cour a annulé la peine de mort de Ahmed Omar Saeed Sheikh et acquitté trois autres hommes déjà condamnés.

Une procédure d’appel ouverte devant la Cour suprême du Pakistan pour contester ces acquittements a retardé la libération des condamnés, mais les avocats de la défense ont en parallèle attaqué leur détention dans le sud du pays.

Le tribunal a conclu qu’il n’y a «pas de raison valable pour les priver de liberté», selon Mahmood Sheikh, qui représente M. Sheikh et ses co-accusés.

«La libération peut avoir lieu aujourd’hui ou dans les 24 prochaines heures», at-il ajouté.

Selon les mots de la Cour, les quatre hommes doivent être libérés de prison dès la réception de cet ordre. »

Ahmed Omar Saeed Sheikh, djihadiste chevronné passé par la prestigieuse université London School of Economics, était déjà connu pour les kidnappings d’étrangers lors de l’avoir été arrêté puis condamné à mort pour l’enlèvement et le meurtre de Daniel Pearl.

Le journaliste âgé de 38 ans, correspondant du quotidien américain The Wall Street Journal, avait disparu le 23 janvier 2002 à Karachi. Une vidéo présente sa décapitation avait été remise un mois plus tard au consulat des États-Unis de cette mégalopole du sud du Pakistan.

Une enquête indépendante menée pendant trois ans dans le cadre du «Pearl Project» avait déterminé en 2011 que la justice pakistanaise s’était faite fourvoyée, les quatre hommes condamnés pour l’assassinat du journaliste n’étant même pas présenté lors de son exécution.

Selon Asra Nomani, une ancienne collègue et une amie de Daniel Pearl, qui avait dirigé cette enquête, c’est bien le Pakistanais Khaled Cheikh Mohammed (KSM selon ses initiales en anglais), le cerveau auto-proclamé des attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis, qui réussissent à évaluer.

KSM, arrêté au Pakistan en 2003, est détenu dans la prison américaine de Guantanamo, à Cuba. Un psychologue qui vérifie interrogé a demandé que le détenu lui avait confessé avoir décapité le journaliste américain.

Avis :
4.6 out of 5 stars (4,6 / 5)
Catégories : Blog