Qu’est-ce que le RADON ?

J’ai réalisé l’interview de Mr Arnaud Jackymski, gérant de Tenkitys à Sainte-luce-sur-Loire.

Cette entreprise a ouvert en 2008 et propose des diagnostiques et des expertises en ce qui concerne tous types de bâtiments, que ce soit dans du neuf ou dans de l’ancien, pour des particuliers ou des professionnels. Arnaud intervient pour donner un avis professionnels et donner des solutions pertinentes à des problèmes environnementaux.

Aujourd’hui, le sujet est le radon. Le radon est un gaz peu voire pas connu du grand public et qui pourtant, dès le 1 er juillet 2017 va apparaître dans les diagnostiques immobiliers. C’est un sujet sérieux qui préoccupe la santé de tous. C’est pourquoi en tant qu’architecte d’intérieur, je vous propose ce sujet qui peut vous amener à réfléchir sur l’endroit où vous vivez et à mieux ventiler votre intérieur.

Laetitia Jezierski :Pouvez-vous me parler de votre entreprise ?

Arnaud Jackymski : Depuis 2008 nous travaillons sur les sujets relatifs à la performance énergétique des bâtiments, les bâtiments sains et confortables. Nous réalisons des missions d’étude, de diagnostic, d’expertise, de conseil et de formation sur ces trois thèmes.

Nous sommes également spécialisés dans les mesures relatives à ces sujets comme l’étanchéité à l’air, la thermographie infrarouge, débits de ventilation, température, humidité … et bien sûr les polluants du bâtiment. Le radon est un des polluants qui entre dans notre champ d’action. Nous attendons d’ailleurs cette année notre agrément de l’ASN (Autorité de Sureté Nucléaire)  qui nous permettra de proposer à nos clients les dépistages réglementaires obligatoires pour certaines catégories de bâtiments sur certains territoires.

LJ :Qu’est-ce que le radon? Comment se manifeste-t-il ?

AJ : Le radon est un gaz radioactif qui provient de la dégradation de l’uranium et du radium présents dans la croûte terrestre. À partir du sol et de l’eau,

le radon diffuse dans l’air et se trouve, par effet de confinement, à des concentrations plus élevées à l’intérieur des bâtiments qu’à l’extérieur.

Les descendants solides du radon sont alors inhalés avec l’air respiré et se déposent dans le poumon. Le radon constitue la part la plus importante de l’exposition aux rayonnements naturels reçus par l’homme en France, de même que dans le monde.

Il est totalement incolore et inodore et est donc indétectable par l’homme.

Le radon se trouve en concentration généralement plus importante dans les bâtiments que dans l’atmosphère extérieure car l’air est moins renouvellé. Le radon peut alors y stagner. Dans les bâtiments, la source de radon prépondérante est en général le sol sous-jacent. Les matériaux de construction, l’air extérieur, l’eau et même le gaz de ville peuvent aussi participer à l’augmentation de l’activité volumique du radon.

Le radon pénètre dans un bâtiment principalement par un mécanisme de convection induit par une différence de température entre l’intérieur et l’extérieur du bâtiment, ce qui crée une différence de pression entre l’air du bâtiment et celui contenu dans le sol sous-jacent. L’activité volumique du radon dépend de l’architecture, des équipements (cheminée, systèmes de ventilation mécanique, etc.), des paramètres environnementaux du bâtiment (température, pression, etc.), mais également du mode de vie de ses occupants. Le volume du radon se compte en bequerel par mètre.

La cartographie réalisée par l’IRSN pour la France, détermine des zones à fort risque d’exposition pour les populations et/ou un dépistage dans les lieux ouverts au public sont obligatoires.

 LJ : Qu’elles sont les conséquences sur l’environnement, l’habitat et la santé?

AJ : Les conséquences sont exclusivement sur la santé. À la fin des années 1980, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a classé le radon comme cancérigène pulmonaire certain chez l’homme.

Les particules radioactives inhalées se logent dans les poumons et le rayonnement alpha provoque le cancer du poumon. Le chiffre officiel en France du nombre de décès annuel dû au radon est de 3000.

 LJ : La mesure du radon va devenir obligatoire dans les diagnostique de la maison? Peut-on le calculer tout seul?

AJ : Il ne s’agira pas de mesure obligatoire car celle-ci est techniquement impossible dans le cadre d’une vente ou location. Elle nécessite d’être réalisée sur un laps de temps de plusieurs jours à plusieurs mois pour être représentative du risque dans un bâtiment.

Mais il est vrai qu’à partir du 1er juillet 2017, lors de la vente ou de la location d’un bien, le propriétaire aura l’obligation d’informer le futur occupant si le bien est situé dans une zone où l’exposition au radon est susceptible de porter atteinte à la santé.

Sur le site de l’IRSN (www.irsn.fr) il est possible de savoir très rapidement si sa commune est concernée par le risque radon.

LJ : Pouvez-vous me dire où le trouve-t-on en France?

AJ : Principalement lorsque le sous-sol est granitique. Bretagne et centre de la France principalement mais pas que… voir la carte  http://extranet.cstb.fr/sites/radon/Pages/Cartographie_%20radon_france.aspx

– Que préconisez-vous en tant que professionnel pour réduire l’émission  de radon ?

Ventiler, ventiler et encore ventiler  son logement ! C’est la première chose à  faire et la moins couteuse. Cela permet de limiter les concentrations en diluant le gaz.

Il est possible de réaliser des mesures de radon dans son logement facilement par ses propres moyens en commandant des kits de mesure sur internet (20  à 30€) ou bien en passant par un professionnel (à partir de 150 €). Toutefois, en cas de mesure montrant une activité volumique importante (>400Bq/m³), il est conseillé de faire intervenir une entreprise spécialisée qui diagnostiquera plus précisément la source et préconisera des travaux adaptés.

Vous pouvez retrouver l’actualité de Teknitys allant sur leur site internet : http://www.teknitys.fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *